samedi 10 octobre 2009

Moi je suis un coquelicot...

Bonjour,

Voilà une petite calligraphie que j'ai dans l'idée de réaliser depuis juin dernier... depuis le spectacle de l'école de musique de Marmotte n° Trois pour être plus précise...

Mais il m'a fallu le temps... le temps d'apprendre à dessiner les coquelicots... trouver un modèle, essayer, rater, essayer, rater, essayer, rater, laisser tomber... Il y a une petite semaine, dans la classe de ma collègue, je trouve un tapis de souris publicitaire composé d'un petit paquet de feuilles sur lesquelles était dessiné ce joli coquelicot... Je lui ai demandé un feuillet et... voilà ma réalisation...

Mais non je n'ai pas dessiné... si j'ai raté tant d'essais avec un modèle, ce n'était pas pour réussir avec une publicité ! J'ai soigneusement découpé le coquelicot, j'ai gardé le coquelicot pour en faire un gabarit, j'ai gardé le feuillet pour en faire un pochoir... j'ai tracé le contour au crayon de bois... j'ai utilisé le pinceau pour remplir le contour d'eau puis j'ai posé des gouttes (encore !) d'encre qui se sont diluées dans l'eau...

Pour la petite histoire, c'était un spectacle sur les couleurs, le héros en ayant assez de la couleur de son pays décide de parcourir le monde à la recherche d'autres couleurs... En arrivant au rouge, nous avons vu un petit bonhomme qui, pendant la chanson, traversait timidement la scène de part en part en disant "Moi je suis un coquelicot."... une fois, deux fois, trois fois, quatre fois... Le comique de répétition fonctionnant à merveille pour cette phrase pas méchante pour deux sous, ni pour un, les spectateurs se sont mis à attendre la traversée de l'enfant et le "Moi je suis un coquelicot." A l'avant dernière réplique, "Moi je suis un" fut coupé par un "Oui, on sait : tu es un coquelicot" (tout à fait prévu dans le scénario)... Pour la dernière réplique, le petit bonhomme s'est arrêté au milieu de la scène en disant "Moi je suis un... grand timide"... En fait toute cette scène était très mignonne.

Alors tout l'été, nous avons décliné "Moi je suis un coquelicot" sans raison, juste parce que c'était mignon, juste parce que cela faisait rire les marmottes... Et j'ai eu envie de calligraphier cette petite phrase sur un coquelicot dessiné pour remercier Madame le Professeur de Solfège qui, bien qu'enceinte d'un nombre assez avancé de mois , a pris en charge toute l'organisation matérielle, musicale, chorégraphique, etc... de ce spectacle...

bonne journée

8 commentaires:

  1. J'adore!!!! C'est super! J'aurais bien aimé voir le spectacle des enfants en juin...

    RépondreSupprimer
  2. Sympa l'idée ....et le coquelicot !
    Madame le Professeur de Solfège va être contente !

    RépondreSupprimer
  3. C'est mignon comme tout, et l'histoire est très sympa !
    Tes "gouttes" fonctionnent très bien, mais tu dois sacrément bien délimiter ton territoire-à-gouttes, non, pour pas que ça déborde de partout ?
    Je faisais ça avec des lettres, que je traçais au gros pinceau avec que de l'eau, et je laissais tomber des gouttes d'encre de différentes couleurs, ça donnait pas mal mais ça gondolait le papier. Tu as un moyen d'échapper à ça ?
    Bisous et bonne journée !

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve toute la bien joli: l'anecdote, le coquelicot, la peine que tu t'es donnée... Madame le Professeur aura là une bien jolie surprise.
    Strudel

    RépondreSupprimer
  5. Ton coquelicot est magnifique! Et l'histoire racontée très jolie...

    RépondreSupprimer
  6. Joli coquelicot, madame !

    Anecdote : ma voisine du cours de calligraphie avait apporté des pages imprimées de ton blog pour nous faire admirer la qualité de ton onciale (ça fait quel effet de devenir une référence internationale ?).

    RépondreSupprimer
  7. Délicieux ! et ton coquelicot... on en redemande.
    Bravo
    Bises

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...