vendredi 25 novembre 2011

Concours de haïku et calligraphie...

C'est parti !!!
Le concours est commencé...
Il ne vous reste plus qu'à vous élancer à votre tour vers la création poétique dans un premier temps...
Pour la calligraphie ce sera ensuite...
Bonne création à tous ceux qui sont tentés... Lancez-vous...
Bonne journée
- - - - - - - - - - - - - - - - - - 
Concours de haïku francophone : lancement le 24 novembre 2011
Définition des attentes Les haïkus proposés seront inédits, écrits en langue française et en tercet. Ils respecteront, ou ne respecteront pas, l’alternance court/long/court "Le haïku témoigne d’un moment de surprise, de découverte ou d’étonnement. C’est ce que l’on nomme « l’instant haïku » "Avec le haïku, il suffit de trois lignes pour révéler la magie de la vie… d’un crayon et d’un petit carnet" (Jean-Claude Cesar)
Le thème est libre.
Trois haïkus maxima par participant.


Catégories de participants
1. Catégorie "individuels" (ouverte à tous).
2. Catégorie "envois groupés" : participations encadrées dans un un atelier haïku ou lors d'une activité scolaire (ou parascolaire).


Envoi des participations
L’envoi des haïkus se fera par courriel, à l’adresse suivante : (Attention : remplacez (at) par le signe @ correspondant
- Catégorie Envois individuels : jefcalli-haiku(at)yahoo.fr
- Catégorie Envois groupés : pigecalli(at)gmail.com


Les haïkus seront signés (nom réel ou pseudonyme).
Indiquez votre pays de résidence.
L’adresse courriel des participants, si elle est différente de celle utilisée lors de l’envoi des textes, doit être signalée.
Pour la catégorie "envois groupés", indiquez "adultes" ou "enfants/adolescents".
Et pour les moins de 18 ans, précisez l'âge.
Le nom et la localité de votre établissement (pour les scolaires/parascolaires) sera également précisé.


Date limite d’envoi des haïkus
- Envois individuels : 21 mars 2012
- Envois groupés : 1er juin 2012


Désignation des gagnants
Le jury retiendra 3 haïkus par catégorie, soit au total 6 haïkus primés. Il est possible qu’une même personne ait plusieurs de ses haïkus sélectionnés, le jury n’ayant pas connaissance des noms des participants avant le verdict final.
Les résultats seront publiés sur "Encre & lumière" (EEL), au plus tard deux semaines après la date limite d'envoi des haïkus.
Les gagnants seront avertis individuellement.


Membres du jury 
Marie-Hélène Dusza (France), Véronique Letoffet (France), Diane Descôteaux (Canada), Abigail Friedman (États-Unis), Hélène Leclerc (Canada), Joëlle Delers (France), Jean-Claude Cesar (France), Philippe Quinta (France), et Jean Antonini (France).
Les candidats primés recevront leur haïku calligraphié et bénéficieront d’une publication Internet (haïku, signature).
Le 1er prix des Envois individuels bénéficiera, en plus, d’un recueil de haïku édité par l’AFH. L'établissement (école ou médiathèque...) du 1er prix des Envois groupés bénéficiera d’un abonnement d’un an à la revue haïku « Gong ».


Les prix seront remis après publication des résultats.


Acceptation du règlement
Les participants, de par le simple fait de leur participation, acceptent les conditions du concours et sont tenus de les respecter. Ils autorisent la publication de leur(s) haïku(s) et de leur signature (nom réel ou pseudonyme) sur Internet (EEL). Ils disposent d’une adresse mail valide pour être contactés par les organisateurs en cas de sélection de leur(s) haïku(s).

dimanche 13 novembre 2011

Faites des enfants ! qu'ils disaient...

Bonjour,

Screugneugneu...
Alors que je m'escrimais à tenter d'essayer désespérément laborieusement et inlassablement depuis une heure, d'améliorer l'écriture "Capitale Romaine à la Plume Pointue" vue lors du stage de  Bruno Gigarel...


J'entends la voix d'une marmotte... non, non, je ne dénoncerai pas l'effrontée ! ;) ... qui m'assène un "On dirait des coton-tiges ce que tu fais"... euh...

Sans commentaire ! ;)

M'enfin...

Bonne journée à vous.

vendredi 11 novembre 2011

Capitales Romaines à la plume pointue...

Bonjour,

Non, il ne s'agit pas d'une nouvelle recette de cuisine, ce n'est pas le bon blog... ;) Même s'il faut en manger longtemps pour les réussir... ;)

Si, depuis un mois et , je m'efforce de travailler ces "Capitales Romaines",  avec enthousiasme, avec entrain, enfin surtout avec rigueur, avec acharnement, avec difficulté... et avec plus ou moins de réussite (surtout moins d'ailleurs) au moins entre deux "chosàfaires"... le soir -forcément dans la journée je n'ai pas le temps-, à la lumière blafarde de la bougie de l'ampoule vacillante... -Cela fait-y assez Cosette ? ;)-


... c'est pour ne pas être une "brêle" le jour du stage sur l'écriture "Capitales Romaines à la plume pointue" proposé par Bruno Gigarel à l'Association Calligraphis... En effet, comment arriver à un stage où il est prévu de "transformer une écriture" sans avoir auparavant un minimum fait connaissance avec l'écriture "originelle" objet de ces transformations... Je l'avais déjà notée dans la liste des écritures à voir un jour, mais pas encore entreprise... C'est chose faite depuis octobre... Déjà j'avais du boulot pour l'année avec celle-ci donc...

Et voici comment nous avons travaillé cette écriture... à la plume pointue ou au crayon gras... très gras... très très gras...
A la suite d'un moment d'observation -Oh... Ah... C'est beau...-, il fut temps de s'échauffer... il ne faudrait pas se froisser un muscle... Pourquoi mes traits sont-ils si gros ? si tremblants ? Arghhh... 

... Appuyer... lâcher... non... lâcher vraiment... Appuyer... lâcher... Ne pas oublier de respirer... 

Appuyer... lâcher... Appuyer... lâcher... Ne pas oublier de respirer... Attention les virages...

Puis on choisit une petite phrase, un petit texte, une petite pensée... Pourquoi petite ? Tout simplement parce que le temps n'est pas une durée expansible...  

Là, c'est mon texte à moi... enfin... choisi par moi... et calligraphié par moi...

Là, il s'agit du même texte, calligraphié par Monsieur le Professeur... 
Ça se passe de commentaire, merci... ;)

Ensuite notre nouvelle "mission" arrive... Nous essayons d'imbriquer des lettres... Dans le fond, il s'agit d'une écriture gravée... Et une écriture "gravée dans la pierre", cela se "gomme" beaucoup moins bien qu'une écriture au crayon gris, fut-il 8B... Donc quand on oublie une lettre, soit on "casse" la pierre et on recommence tout, soit on cherche un moyen de réparer et on "case" la lettre oubliée quelque part... d'où les imbrications...

J'ai du mal avec les imbrications... d'abord la lisibilité est moins facile et qu'est-ce qu'un texte qui j ne peut pas être lu ? (sujet récurrent, la lisibilité, n'est-il pas ? un sujet qui revient souvent dans les discussions entre calligraphes... ) Qu'est-ce qu'un texte qui court donc le risque de n'être donc pas compris ? Oui, je sais, on en vient à la dimension "esthétique" et graphique... et le sens ne vient qu'ensuite... J'ai fait des progrès sur le sujet (oui, oui, ça arrive, parfois, dans la vie) mais que ce soit par mon travail ou par ma nature, j'aime bien que les choses soient un minimum lisibles donc même si j'apprécie un fond ou un élément graphique "illisible", j'ai tendance à y ajouter une partie ou un élément "lisible"...

Ensuite je n'ai pas l'oeil (ok, le cerveau non plus) assez éduqué pour "abstraire" ce que l'imbrication pourrait devenir... Il faudrait que je réalise la première lettre sur un calque, que je réalise la deuxième, que je les superpose pour "voir" en vrai le résultat et ensuite décider si ça convient... (En fait, en l'écrivant, je me rappelle que c'est exactement ce que j'ai fait pour les monogrammes...)... Mais bon... l'oeil, ça viendra avec l'éducation ou la culture... par imprégnation...

Là  par exemple, j'avais "oublié" que je réalisais le L de "le" et j'ai calligraphié la barre horizontale haute du E. Qu'à cela ne tienne, me dis-je ! Je vais "imbriquer" le L juste devant et dedans le E... (c'est là qu'on se dit "heureusement que je ne gravais pas dans la pierre !) Mais le temps de le faire, j'avais encore oublié que c'était un L que je voulais calligraphier... ce n'est pas beau de perdre la mémoire... à court terme...  :(

J'ai tout de même essayé, laborieusement... Un E dans le C pour le "ce"... Le S dans le N pour "dans" parce que je ne voulais pas le S tout seul en début de ligne suivante... Le I dans l'O pour "loin" mais pour le coup, lit-on "loin" ou "lion" ? ;) 

J'ai continué avec le E de "Errances", très mochement coincé entre le premier E et le A que j'avais trop rapproché, ce qui m'a donné l'idée d'essayer de l'imbriquer avec la barre du A...


Le E de "temps" et la barre de P qui est supportée par celle du M...

Et la parole qui ferme la bouche avec son tout petit o... Pauvres paroles... Obligées de fermer la bouche...

Bref... 
Il y  a du boulot, en commençant par être plus régulière dans le "appuyer-lâcher" pour que le passage entre les pleins et les déliés soit moins marqué, certaines lettres ressemblent à des brochettes avec une saucisse à chaque bout...

C'est tout de même une très belle écriture (qu'elle soit au pinceau ou à la plume pointue) majestueuse dans un cas, fine et élégante dans l'autre...

Merci à Bruno Gigarel et à Calligraphis pour cette jolie écriture et ce stage
Bonne journée

dimanche 6 novembre 2011

La calligraphie à la sauce "stakhanoviste"

ou
Comment donner à une réalisation "en série" (pour gagner un peu de temps quand il y en a beaucoup à réaliser) un petit quelque chose de différent (pour que chacune ait un petit peu d'unique) ?

Bonjour,

Alors qu'on approche de la période Ô combien chronophage de Noël, il peut être de bon aloi de se penser sur le "problème" de la réalisation "en nombre" de cartes de voeux...

C'est le problème que j'ai eu l'an passé avec les cartes de voeux... J'ai longtemps eu du mal à me lancer dans la carte de voeux "calligraphiée", ça avait l'air teeeeeeeeellement plus difficile que "scrappée"... Finalement l'an passé, j'ai essayé... mais j'ai trouvé dommage de les réaliser quasiment toutes peu ou prou semblables... D'un autre côté, j'ai allègrement dépassé la cinquantaine -euh... je parle du nombre de cartes, là, hein ? pas de mon âge...- et là, du coup, on approche de la notion de grande distribution je trouve... ah non ? Je suis encore dans la petite distribution ? Fichtre ! Ca me paraissait gigantesque...

Donc je me suis interrogée -vi, je m'interroge... au moins, moi, je me réponds-... et j'ai interrogé le forum "Encre et Lumière" également... Ils sont davantage expérimentés et ont donc beaucoup d'idées qu'ils partagent tout aussi allègrement que je flirte avec la soixantaine... ;)

Donc voilà quelques idéees qui sont venues... Il faut tout de même comprendre que ces idées viennent à la suite d'un temps déjà plus ou moins long passé à composer sa carte de voeux, à faire des essais de réalisations, d'écriture peut-être... On parle là de la réalisation "effective"...

- utiliser la photocopieuse ou l'imprimante... Oui, ce n'est pas tout à fait l'idée la plus "calligraphique" qui soit, mais quand on a réussi un joli modèle, qu'on sait qu'il ne sera pas soixante fois reproduit parfaitement... et qu'on sait que le temps n'est pas une denrée expansive, ma foi, pourquoi pas... mais dans ce cas, je crois que je privilégierai l'impression sur papier de qualité... pour rendre au mieux possible le bel effet de la calligraphie... Je me demande si le papier aquarelle passe dans la photocopieuse...

- placer les supports sur la table et tout travailler en série... pulvérisation d'encre pour le fond, les cinquante, pliage, les cinquante, application du plastique à bulle, les cinquante, application du tampon décoratif, les cinquante, calligraphie de l'année, les cinquante, calligraphie du voeu, les cinquante.... oui, quand je parle de calligraphie stakhanoviste, je sais de quoi je parle ! ;)

- Choisir un même modèle et le réaliser plusieurs fois en variant les couleurs... Cela donne des cartes aux effets différents. Elles peuvent être  envoyées en prenant soin de bien choisir la couleur en fonction des affinités de vos destinataires... Par exemple, je craque pour le bleu -Comment ça c'est un secret de Polichinelle ?-... et le vert ne m'apprécie pas -Comment ça vous n'aviez pas l'intention de m'envoyer une carte ? ;)

- Choisir un même modèle et le réaliser en variant "un" élément... Mince ! Je viens de me rendre compte qu'en fait, je voulais mettre un tampon décoratif différent sur chaque carte... J'avais oublié... Du coup, la couleur peut-être la même (ou différente) et il y a tout de même un autre petit quelque chose d'unique...

- Ne réaliser que des cartes différentes, mais là, d'aveu général (d'au moins une personne), les cartes partent en juillet ou pas du tout...

- Utiliser la technique de la "gravure" pour réaliser un prototype à partir d'une calligraphie ou d'un motif. Cela fonctionne par exemple avec la "gomme à graver" ou avec la "linogravure". C'est long à préparer, mais ensuite, à vous la rapidité d'une impression en série, avec la possibilité de varier les couleurs, les effets, de combiner plusieurs impressions différentes... Un grand merci à toi Nathalie pour cette idée supplémentaire.

Dans tous les cas, il n'est pas inutile d'aller faire un tour sur la galerie des cartes de voeux du forum "Encre et Lumière" pour admirer les merveilles et trouver mille et une idées... (enfin une petite centaine déjà...)

Bonne journée

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...