vendredi 11 novembre 2011

Capitales Romaines à la plume pointue...

Bonjour,

Non, il ne s'agit pas d'une nouvelle recette de cuisine, ce n'est pas le bon blog... ;) Même s'il faut en manger longtemps pour les réussir... ;)

Si, depuis un mois et , je m'efforce de travailler ces "Capitales Romaines",  avec enthousiasme, avec entrain, enfin surtout avec rigueur, avec acharnement, avec difficulté... et avec plus ou moins de réussite (surtout moins d'ailleurs) au moins entre deux "chosàfaires"... le soir -forcément dans la journée je n'ai pas le temps-, à la lumière blafarde de la bougie de l'ampoule vacillante... -Cela fait-y assez Cosette ? ;)-


... c'est pour ne pas être une "brêle" le jour du stage sur l'écriture "Capitales Romaines à la plume pointue" proposé par Bruno Gigarel à l'Association Calligraphis... En effet, comment arriver à un stage où il est prévu de "transformer une écriture" sans avoir auparavant un minimum fait connaissance avec l'écriture "originelle" objet de ces transformations... Je l'avais déjà notée dans la liste des écritures à voir un jour, mais pas encore entreprise... C'est chose faite depuis octobre... Déjà j'avais du boulot pour l'année avec celle-ci donc...

Et voici comment nous avons travaillé cette écriture... à la plume pointue ou au crayon gras... très gras... très très gras...
A la suite d'un moment d'observation -Oh... Ah... C'est beau...-, il fut temps de s'échauffer... il ne faudrait pas se froisser un muscle... Pourquoi mes traits sont-ils si gros ? si tremblants ? Arghhh... 

... Appuyer... lâcher... non... lâcher vraiment... Appuyer... lâcher... Ne pas oublier de respirer... 

Appuyer... lâcher... Appuyer... lâcher... Ne pas oublier de respirer... Attention les virages...

Puis on choisit une petite phrase, un petit texte, une petite pensée... Pourquoi petite ? Tout simplement parce que le temps n'est pas une durée expansible...  

Là, c'est mon texte à moi... enfin... choisi par moi... et calligraphié par moi...

Là, il s'agit du même texte, calligraphié par Monsieur le Professeur... 
Ça se passe de commentaire, merci... ;)

Ensuite notre nouvelle "mission" arrive... Nous essayons d'imbriquer des lettres... Dans le fond, il s'agit d'une écriture gravée... Et une écriture "gravée dans la pierre", cela se "gomme" beaucoup moins bien qu'une écriture au crayon gris, fut-il 8B... Donc quand on oublie une lettre, soit on "casse" la pierre et on recommence tout, soit on cherche un moyen de réparer et on "case" la lettre oubliée quelque part... d'où les imbrications...

J'ai du mal avec les imbrications... d'abord la lisibilité est moins facile et qu'est-ce qu'un texte qui j ne peut pas être lu ? (sujet récurrent, la lisibilité, n'est-il pas ? un sujet qui revient souvent dans les discussions entre calligraphes... ) Qu'est-ce qu'un texte qui court donc le risque de n'être donc pas compris ? Oui, je sais, on en vient à la dimension "esthétique" et graphique... et le sens ne vient qu'ensuite... J'ai fait des progrès sur le sujet (oui, oui, ça arrive, parfois, dans la vie) mais que ce soit par mon travail ou par ma nature, j'aime bien que les choses soient un minimum lisibles donc même si j'apprécie un fond ou un élément graphique "illisible", j'ai tendance à y ajouter une partie ou un élément "lisible"...

Ensuite je n'ai pas l'oeil (ok, le cerveau non plus) assez éduqué pour "abstraire" ce que l'imbrication pourrait devenir... Il faudrait que je réalise la première lettre sur un calque, que je réalise la deuxième, que je les superpose pour "voir" en vrai le résultat et ensuite décider si ça convient... (En fait, en l'écrivant, je me rappelle que c'est exactement ce que j'ai fait pour les monogrammes...)... Mais bon... l'oeil, ça viendra avec l'éducation ou la culture... par imprégnation...

Là  par exemple, j'avais "oublié" que je réalisais le L de "le" et j'ai calligraphié la barre horizontale haute du E. Qu'à cela ne tienne, me dis-je ! Je vais "imbriquer" le L juste devant et dedans le E... (c'est là qu'on se dit "heureusement que je ne gravais pas dans la pierre !) Mais le temps de le faire, j'avais encore oublié que c'était un L que je voulais calligraphier... ce n'est pas beau de perdre la mémoire... à court terme...  :(

J'ai tout de même essayé, laborieusement... Un E dans le C pour le "ce"... Le S dans le N pour "dans" parce que je ne voulais pas le S tout seul en début de ligne suivante... Le I dans l'O pour "loin" mais pour le coup, lit-on "loin" ou "lion" ? ;) 

J'ai continué avec le E de "Errances", très mochement coincé entre le premier E et le A que j'avais trop rapproché, ce qui m'a donné l'idée d'essayer de l'imbriquer avec la barre du A...


Le E de "temps" et la barre de P qui est supportée par celle du M...

Et la parole qui ferme la bouche avec son tout petit o... Pauvres paroles... Obligées de fermer la bouche...

Bref... 
Il y  a du boulot, en commençant par être plus régulière dans le "appuyer-lâcher" pour que le passage entre les pleins et les déliés soit moins marqué, certaines lettres ressemblent à des brochettes avec une saucisse à chaque bout...

C'est tout de même une très belle écriture (qu'elle soit au pinceau ou à la plume pointue) majestueuse dans un cas, fine et élégante dans l'autre...

Merci à Bruno Gigarel et à Calligraphis pour cette jolie écriture et ce stage
Bonne journée

6 commentaires:

  1. Super beau stage! J'aimerai beaucoup y participer...plus tard. Merci pour le partage. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  2. Pardon pour la faute d'orthographe : j'aimerais....

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, et bravo pur ce travail... Il est toujours difficile de commencer un nouvel alphabet, et surtout la Romaine,qui demande bcp.de concentration.
    Ce que je regrette dans tes exemples, c'est que Bruno a du vous faire commencer par un corps de lettre assez grand....
    essaye un corps plus petit, et augmente petit à petit. C'est généralement ce que je fais quand je veux commencer quelque chose de nouveau.
    Ne prend pas ce que je viens de dire comme une critique, c'est juste un ressenti personnel, je dirais même un confort pour évoluer en mieux.....
    Mais comme le dit si bien Geneviève, continue à nous faire partager ta passion.
    Et si tu as cinq minutes, dis moi comment tu fais pour avertir tout le monde quand ton blog s'illumine de quelque chose de nouveau, parce que,là, je n'y comprends rien, t j'aimerai bien vous avertir quand je mets du nouveau dans mon blog...Entre l'informatique et la calligraphie, j'ai choisi cette dernière.

    Merci

    RépondreSupprimer
  4. Ah !!! Ca fait plaisir de voir qu'on est pas la seule à en découdre avec cette fameuse Capitale Romaine ..... !
    Moi, c'était au pinceau et avec Laurent Rébéna le week-end dernier ....le même week-end que toi peut-être .... ;-) !
    J'aime beaucoup la manière dont tu as décrit cet apprentissage .... Et je me dis aussi qu'il va falloir que j'en fasse des kilomètres pour obtenir quelque chose de présentable ! Merci pour l'article.
    Tiens .... j'y retourne d'ailleurs ... ! ;-)
    Bon courage .... et bon week-end !

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...