lundi 29 avril 2013

Abréviations médiévales...

Bonjour,

Les vacances commençaient bien... un stage de calligraphie... sur le thème des "Abréviations médiévales"... proposé par Laurent Rébéna à Calligraphis... Finalement, je me suis quand même dit que c'était un peu "pointu" comme thème... Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir faire de ça ? Ou plutôt... en posant mieux la question... Comment allais-je pouvoir investir ce que j'allais apprendre dans ma calligraphie "habituelle" ?

M'enfin... au lieu de poser des questions sur ce qu'il allait advenir de ma calligraphie, autant calligraphier... ;)

Après avoir fait un petit tour de "bibliographie", nous avons observé des abréviations dans un document (une charte seigneuriale)... Heureusement qu'il y avait la transcription parce que nous n'étions pas rendues... Ces documents peuvent être totalement abscons avant l'apprentissage de la lecture... ;) Puis nous avons tenté de sortir l'alphabet de ces documents... Et là ce n'est pas facile, parce que celui qui a écrit à l'origine, et bien il n'était pas tellement régulier... Comment ça c'était un document utilitaire et pas un document esthétique ? ;)


Ensuite nous avons testé l'écriture du texte lui-même, abréviations comprises, en latin je vous prie... ;)
C'était de la copie, c'était jouable...


Mais bon... La Charte Seigneuriale, ça a ses limites... Alors j'ai cherché une petite phrase à écrire... assez longue pour y repérer un potentiel d'abréviations...


Allez, je ne suis pas rosse, je vous montre le premier essai avec les tentatives d'abréviations...



Deuxième jour, deuxième document... La feuille de salaire d'un exécuteur des sentences criminelles... Oui, certains s'amusent bien dans le choix des documents... ;) Un peu glauque dans le descriptif... ;) mais bien plus joliment écrit que ma propre feuille de salaire... ;)  J'ai commencé encore par essayer d'écrire ce que j'avais sous les yeux, puis j'ai choisi un autre texte pour tester mes capacités à abréger...


Enfin nous avons essayé d'extraire de nos essais ou des documents un "élément graphique" intéressant afin de  l'isoler et de le reproduire : il s'agissait d'obtenir un "motif graphique" qui viendrait accompagner le texte... par exemple quelque chose comme cela...


Mais comme je n'étais pas allée assez loin dans le grossissement, l'empâtement, le tassement afin d'obtenir un "graphisme", j'ai cherché autre chose... "hic et nunc"...


Tentative de "regroupement", de "tassement", de "..." je ne sais pas trop quoi qui donne un effet graphique "massif" (dans l'idée de la petite phrase en toute petite écriture ensuite).

      

D'autres tentatives du même genre, mais ce ne sont pas les miennes, ce sont celles que Laurent a écrites pour me montrer, avec les petites annotations sur le tour. Elles ne sont pas signées, je ne peux même pas les vendre... ;)

 

Enfin, du coup, je peux dire que les abréviations médiévales, c'est carrément du chinois, oups, du latin... En ce sens, ça ramène au sujet de "l'illisibilité" dans la calligraphie... si on choisit de rendre illisible certains éléments, cela a son intérêt...

Bonne journée


4 commentaires:

  1. j'aime bien ces abréviations médiévales...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le côté intéressant pour nous finalement, c'est de voir comment étaient réglés les problèmes d'oublis de phrases, de mots, de lettres... les erreurs... bien moins "prise de tête" que maintenant... ;)

      Supprimer
  2. Oh, oh, me voici un peu plus intelligente ...
    Un stage sur les abréviations, pppffff, alors que certains mots restent des obstacles sur le long chemin de l'écriture. Si, je vous dis que si ! Félicitations d'avoir bravé, reproduit, épaissit pour nous faire partager. "Festina lente"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le mot l'obstacle, Geneviève, le mot, la parole, c'est justement le passage... Cela dit tu as raison, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué... ;)

      Supprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...