mercredi 11 mars 2009

La faute à Titivillus

Bonjour,

J'ai récupéré également cet article et comme je trouve l'histoire de Titivillus plutôt amusante, j'ai trouvé dommage qu'il parte aux oubliettes...

Quand j'ai fait mon erreur d'orthographe polonaise, j'aurais pu dire "C'est pas ma faute..., j'ai pas fait exprès" mais comme j'ai horreur de cette façon de se déresponsabiliser, j'en ai trouvé une autre. ;) "C'est la faute à Titivillus !!!" Bon, je n'aime pas non plus la délation, mais il faut ce qu'il faut pour s'instruire, non ? Je ne vais pas amener Titivillus comme un cheveu sur la soupe quand même !

Comment ça, vous ne connaissez pas Titivillus ? Bon alors je vous reprends les choses que j'ai trouvées ça et là sur Titivillus mais les liens de jadis ne fonctionnent plus :( :

Titivillus n'est pas le "saint patron" des calligraphes, mais leur "démon patron". Il est né dans l'esprit des moines du XIIIème siècle et c' est en 1285 que l' on parle de lui pour la première fois dans le Tractatus Penitentia de John of Wales.

C' est seulement au XVème siècle qu' il tourna son attention vers les scriptoriums afin de voir ce qu' il pourrait y faire. Alors, le démon se mit à traquer les erreurs ; il ramassait inlassablement les erreurs des moines copistes étourdis, ignorants (ça arrivait) ou paresseux (ça arrivait aussi) ; il les engrangeait dans sa besace qu' il remplissait des centaines de fois chaque jour. Chacune de ces erreurs était inscrite dans un grand livre, juste à côté du nom du moine qui l' avait commise. Et ce livre serait lu le jour du Jugement Dernier.

Avec la recrudescence des demandes en manuscrits provenant des universités, les scribes commirent de plus en plus d' erreurs. Ils les imputèrent alors à Titivillus pour s' en excuser. Cette croyance perdura encore longtemps car on en parlait encore vers la fin du XVI ème siècle.

Alors, si un jour vous prenez un porte-plume ou si vous pratiquez déjà la calligraphie, quand une lettre vient à manquer ou l' encre se met à baver, regardez derrière votre épaule...

"Puisse Titivillus ne pas remplir trop sa besace !" disait-on avant de commencer à écrire et pourrait-on reprendre encore aujourd'hui... J'adore cette légende. Mais je ne l'ai pas encore racontée à mes élèves, certains seraient bien capables d'invoquer encore Titivillus.

Tout à coup je me demande si ce démon est également responsable de mes dyslexies dactyles en crises diurnes plus ou moins sporadiques, et nocturnes carrément endémiques...

Après cette minute culturelle, je vous souhaite une bonne journée.
Véronique

3 commentaires:

  1. Et voilà que j'apprends quelque chose : me coucherai moins bête ce soir!

    Bonjour, quand même ^^.

    Ca fait plaisir, ça change des blogs de calligraphie qui font quelques prénoms à droite à gauche et rien d'autre (comme le mien, par exemple ^^).
    Titivillus, donc. Pourquoi pas :-). Je découvre ainsi votre site qui me semble bien accueillant - merci pour le lien qui est en plus tout en haut de la liste, ça fait super plaisir - et je reviendrai pour regarder le reste tranquillement!

    Bien à vous,

    Emily

    RépondreSupprimer
  2. Ah ! mais je découvre des choses nouvelles ! bravo pour ta prose que j'adore et cette charmante légende. Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Mais tu ne nous dis pas tout ! quelle surprise de découvrir ces merveilles !
    Merci pour ta prose dont je ne me lasse pas, et pour cette cahrmante histoire.
    Bizz et douce nuit.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...