mercredi 7 octobre 2009

Goutte à goutte...

Bonjour,

Voici... venu... le temps des essais... des essais de gouttes... Oui, il fallait bien que cela arrive un jour après ceci et cela... Il fallait bien que je me fabrique un "répertoire de gouttes" pour savoir lesquelles utiliser en cas de nécessité... Je m'étais dit que j'allais essayer de tester différentes hauteurs de "lâcher de gouttes" afin de voir à partir de quelle hauteur la goutte prenait une forme intéressante SANS aller se jeter n'importe où sur la feuille, ce qui signifie en général exactement là où vous ne voulez pas...

J'ai donc sorti ma pipette, mon flacon d'encre (oui, verte, bien sûr, je n'allais pas faire des essais avec une couleur que j'aime bien, donc que j'utilise souvent et dont j'aurais pu manquer ultérieurement, je n'ai qu'un neurone, certes, il est fatigué, certes, mais il peut encore servir à l'occasion...) et ma grande règle...

Et j'ai laissé goutter la pipette... tous les cinq centimètres... Inutile de vous dire que plus c'est haut, plus la goutte s'écrase et prend forme, plus il y a de "petites projections" autour... moins vous contrôlez la zone de chute...


Néanmoins -et oreilles en plus- les gouttes restent régulières, ce qui peut-être intéressant... mais peut-être un peu trop semblables, ce qui peut l'être un peu moins... bref... de toute façon, tout dépend de l'effet recherché alors...

Dans un commentaire, Nathalie m'a fait part d'un point de son expérience en matière de gouttes et nous arrivons là dans un registre tout à fait différent... Ainsi donc, j'ai posé délicatement et très précisément ma goutte exactement là où je la voulais (bon ok, sur la feuille d'essais, cela n'a pas la moindre importance, mais sur les travaux, ça en aura !) puis j'ai mis un gant (Oui, là, ok, on arrive dans ma zone d'inconfort : il n'est pas question que je salisse volontairement mes mains avec de l'encre !) et j'ai écrasé, pulvérisé, choisissez le mot que vous voulez, la goutte d'un coup sec, plus ou moins fort, plus ou moins rapidement, de plus ou moins haut... mais en fait, c'est la force qui fait la différence, et la rapidité quand j'ai écrasé deux ou trois gouttes successivement...


Les gouttes sont moins "lisses", moins semblables... Nathalie disait "plus vivantes" et bien je crois qu'après les essais j'ai mieux compris ce que signifiait "vivante" pour une goutte... Mam'zelle Marmotte les trouve "plus drôles"... Ce n'est pas faux... Elles sont plus dynamiques, ont davantage de prestance, donc de présence... Sans compter qu'écraser des gouttes a un côté délicieusement régressif... ;)

La technique d'Isabelle est davantage... comment dirais-je... aléatoire... Typiquement le genre de techniques où j'ai tendance à placer la goutte exactement partout sauf à l'endroit où je la voudrais... Mais si l'on désire un effet aléatoire justement, c'est plutôt efficace...  Tremper la plume dans l'encrier et secouer d'un geste (ou plus) assez brusque(s) le porte plume sur ma feuille ou autre support au dessus de l'endroit où il est prévu qu'elle tombe( la goutte) ;-) ! Evidemment les retombées ne sont pas toujours très précises ! Mais souvent cela donne des choses intéressantes !

Le répertoire de gouttes/tâches s'est enrichi de trois techniques... ;) Ok, il est parti de zéro, mais il faut bien démarrer... Je crois bien que la deuxième est bien plus intéressante... Si vous en connaissez une autre... n'hésitez pas à la partager... ;)

J'ajouterai bien la technique du pulvérisateur pourri... certains de mes pulvérisateurs ont tendance à laisser tomber des gouttes par-ci, par-là, en plus de la jolie nébuleuse que je préférerais avoir... Certes, c'est encore plus aléatoire puisqu'il faut que le pulvérisateur soit assez pourri mais pas trop et que la zone de chute de la gouttes n'est pas garantie... ;) Mais en partant sur un grand format à recycler en cartes, c'est jouable... (Edit du 23/03/2014)

Bonne journée et merci encore Nathalie et Isabelle.

4 commentaires:

  1. Bien moi la mienne n'est pas très originale .... mais je tente l'explication quand même ! Je trempe la plume dans l'encrier et je secoue d'un geste (ou plus) assez brusque(s) mon porte plume sur ma feuille ou autre support au dessus de l'endroit où je veux qu'elle tombe( la goutte) ;-) ! Evidemment les retombées ne sont pas toujours très précises ! Mais souvent cela donne des choses intéressantes !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  2. Merci Isabelle pour ta participation à ce répertoire de la goutte...
    Bon... Nous dirons que je vais chercher une grande protection pour ma table et alors j'essaierai ta technique pour en faire une photo et l'ajouter à mon nouveau répertoire... Je crains cependant que mes compétences en matière de "lancer juste" ou de "viser juste" ne me laissent guère d'espoir quant à la zone d'atterrissage de la goutte... ;))

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour tes gouttes...moi aussi je fais dans l'aléatoire, comme le commentaire d'avant....mais je vais essayer l'histoire du gant...
    Merci aussi pour tes commentaires sur mon blog...

    RépondreSupprimer
  4. Alors là ! un essai philosophique sur les gouttes, il n'y a que toi pour avoir de telles idées géniales. Et quelle plume pour le dire !

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...