dimanche 27 février 2011

Une lettre par semaine

Bonjour,

Enfin... j'ai trouvé un ou deux fils...
Je voulais participer également au projet "Une lettre par semaine" pour l'année 2011...

J'avais déjà une petite idée qui me plaîsait bien... J'ai fait un essai sur toile qui s'est avéré ne pas convenir, le support n'était pas assez grand, ou la toile trop petite... (NdlR : reprendre l'idée un plus tard, il y a quelque chose à en tirer...)

Alors j'ai eu ensuite une idée de "livre à cachettes" mais je n'ai pas vraiment eu le temps d'approfondir... (NdlR : mettre de côté pour plus tard, avec les autres idées en attente...)...

Cela a mariné un petit peu... Pouvais-je utiliser le travail des lettres-cadeaux entamé lors du stage avec Laurent Rébéna ? J'ai eu du mal à faire entrer tous ces ajouts dans 7cm2... (NdlR : penser à travailler davantage les toutes petites plumes...)

Bon, trève de digression, j'ai trouvé un petit quelque chose qui me convient... pour le moment... Nous verrons bien ce que cela donne au long court... (NdlR : sinon, il y a assez d'idées de côté pour les trois années à venir...)

Voici le premier alphabet :
Il s'agit d'un petit concentré de majuscule "Gothique Fraktur" et des graphismes, le tout en noir, la lettre est tracée avec la plume à affiche et de la gouache noire, les graphismes sont tracés au feutre fin, la petite touche de "rouge" est apportée par une lettre en carton, laquelle lettre forme donc un relief.



Et voici le second alphabet :

J'ai tracé le contour de la lettre au crayon gris, on peut donc dire que c'est une lettre dessinée... mais elle est aussi calligraphiée ;) J'en ai par la suite tracé les contours avec une plume très fine et de la gouache noire. J'ai colorée l'intérieur avec des aquarelles brillantes et j'ai attendu... Je trouvais que la brillance ressortait trop peu donc j'ai peint l'extérieur de la lettre à la gouache et au pinceau fin. Le plus difficile a été de "voir", mon grand âge ayant entre autre la terrible faculté de brouiller ma vue et d'"écouter"... le jeune âge de Marmotte Numéro Trois autant la faculté de parler autant qu'un moulin à vent tourne ;)



Bon... Ben... On dirait bien que c'est parti...
Bonne journée

vendredi 25 février 2011

La calligraphie est une danse...

Bonjour,

Et peut-être la petite dernière citation des vacances... toujours pour le petit carnet de citations calligraphiées.



Une écriture "cursive gestuelle" à la plume pointue accompagne des mouvements de calames un peu empotés... En même temps, la danse, ce n'est pas trop mon rayon tout de même...  Calame ou cagette ? Mince j'ai oublié... Non calame... je crois...

Bonne journée

mercredi 23 février 2011

Mail Art across the World 2011

Bonjour,

Vous souvenez vous de ce petit message-là qui évoquait la 4ème édition de Mail-Art Across the World ? 


J'y ai mis un peu le temps, mais ça y est ! J'ai commis une petite série d'enveloppes... Les vacances ont du bon... Il s'agit vraiment d'une série, c'est à dire qu'elles se ressemblent un petit peu beaucoup...

Pour les fonds, ils sont un peu beaucoup aléatoires : Après la dernière séance d'Arts Plastiques oups Visuels à l'école, il restait bien trop de peintures qui allaient être gâchées... Donc j'ai attrapé tous les restes par couleurs et je les ai étalés plus ou moins sur des feuilles... En même temps, une fois que cela est fait... et séché... il faut ranger ces "nouveaux papiers"... C'était l'occasion de réaliser mes participations à la 4ème édition de Mail-Art Across the World ...





Mais les fonds ne suffisaient pas, j'ai ajouté des impressions de tampons décoratifs... Il ne restait plus qu'à écrire les adresses...
une "Gothique Textura" transformée

une "Onciale" et une "Cursive Gestuelle"

une "Cursive Gestuelle" accompagnant une "Gothique Fraktur"

une "Onciale" et une "Cursive Gestuelle"...

Et voilà, les premières ont été affranchies, mais pour l'Ukraine et la Hongrie je ne connais pas les tarifs alors je dois fendre mon emploi du temps d'une petite visite à la poste... Les vacances, c'est bien pour calligraphier, mais pour aller à la poste, c'est un peu du gâchis, non ?

Si vous voulez participer, n'hésitez pas, il reste encore un mois...

A Participer

Regarder les galeries

Situer les expositions

Bonne journée

lundi 21 février 2011

Les étoiles de la sagesse...

Vaste programme, n'est-il pas, que les étoiles de la sagesse... ? ;)

Bonjour,

Pour continuer mon petit carnet -d'essais- de citations autour de l'écriture, j'ai profité d'avoir encore un petit peu de vacances... Ben voui, il valait mieux en profiter tant que j'étais sûre d'avoir un peu de temps... par les temps qui courent... vite et loin... ;)

Sans compter qu'ils ne sont pas les seuls à courir de manière générale... ;)  Mais c'est une digression... Fichtre ! Décidément...

Je voulais essayer l'écriture Gothique Rotunda alors... ben... je l'ai essayée... L'avantage de vouloir ce genre de choses, c'est que cela ne dérange personne... Alors autant les essayer...


Mais je ne suis pas sûre qu'un essai sur un papier aussi texturé -autant "à grain"- soit une première très heureuse.. J'ai eu beaucoup de mal à garder le cap et à tracer les lettres entièrement... alors que sur le papier plus lisse, c'était plus facile... Bah... ça donne un genre...


J'ai essayé à nouveau la notion de forme "contenant"... C'était plus facile parce que cette fois, j'avais une idée approximative de ce que je désirais obtenir, même s'il y a redondance entre le texte et la forme... ;)
Il faut admettre que les choses sont bien plus faciles quand on a les bonnes informations... Et avoir les bonnes informations est encore plus facile quand on les choisit... ;) Oups, je digresse encore...

Ah mince ! J'ai oublié, une écriture "Onciale" accompagne l'écriture "Gothique Rotunda, le tout a été écrit aux encres liquides "Colorex".

Ah... Finalement, elles brillent peut-être, mais elles sont bien cachées, les étoiles de la sagesse...
Bonne journée

jeudi 17 février 2011

Peindre la parole

Bonjour,

Puisque ce sont les vacances, autant que je profite du petit temps relativement "libre" pour calligraphier un petit peu entre deux stages...

J'ai donc commencé pour moi un petit album de citations sur le thème de l'écriture ou de la calligraphie... citations calligraphiées pour le coup (ben vi, j'ai déjà un petit carnet pour noter les citations qui me plaisent et qui seront -peut-être, un jour- calligraphiées...

Voici donc la première... toute simple... en relation avec ma première idée quand j'ai réalisé ces essais de compositions-, mais  que je n'ai pas pu réaliser totalement faute de texte... Oui, ma première idée nécessitait un texte un peu plus long.... Mais ce n'est pas très grave, j'essaierai une autre fois, un autre jour, un autre texte...

Le carnet a plutôt un gros grain (et pas de folie !), ça provoque des accidents dans la conduite de la plume, mais aussi sur le tracé, ce qui peut être intéressant pour éviter la monotonie de la régularité...


Voici un essai de recherche de composition, mais en fait, j'ai utilisé mon premier essai de calligraphie de ce texte pour découper les mots et les "voir" composés...


Et voici le produit final...


J'aime bien le papier à grain, même si la plume ne glisse pas facilement, ça donne tout de même un peu de texture.  Les écritures sont une Onciale, une Gothique Fraktur et une Cursive Gestuelle... la première tracée à la plume à affiche (automatic pen) et les suivantes à la plume, biseautée, puis pointue...

Bonne journée

mardi 15 février 2011

Traits d'union, Trace d'écritures

Bonjour,

Comme ce sont les vacances, je suis allée voir cette exposition là, hier... Et j'ai bien fait de ne pas tarder, parce que je viens de constater que la fin était dans deux jours... A ma décharge, j'avais prévu d'y aller déjà il y a trois semaines, mais au dernier moment, juste avant de partir, je me suis renseignée... et j'ai pu "apprendre" que les mairies n'étaient pas ouvertes le samedi... Je préfère m'en être rendue compte avant une demi-heure de route et autant de métro...

Bref... Je disais donc... jour d'exposition...


Déjà, ça commence par un beau bâtiment... C'est presque dommage d'y ajouter des "séparations" pour y accrocher les calligraphies... Mais comme ce serait dommage aussi de percer les murs à chaque exposition... De deux maux...









"Regarder" tout cela, "découvrir", c'est bon pour ma "culturisation"... ...  J'ai apprécié la plupart des calligraphies, les liens avec les collages, l'utilisation de matières à priori non habituelles des calligraphies... j'ai apprécié certains détails d'autres, la transparence, les superpositions... j'ai découvert -encore des portes- des idées à essayer, des essais à transformer, des transformations à faire émerger des idées... et je crois bien que j'ai complètement craqué pour les objets d'écriture et les pages de manuscrits... Ce doit être mon côté "infantilement collectionneuse"... lequel est bien souvent en conflit interne contre mon côté "déstockage pour avoir de l'air et de l'espace"...

Il était tout de même une calligraphie qui  m'a laissée perplexe et m'a reposé la question de la lisibilité... Une calligraphie doit-elle être lisible ? Peut-elle ne plus l'être ? Si elle ne l'est plus, est-ce encore une calligraphie ou cela ne devient-il pas plutôt une peinture ? La calligraphie étant la représentation graphique d'un texte, écrit de "belle manière" de surcroît, ne doit-elle pas de fait rester lisible ? Plus ou moins facilement, peut-être, mais tout de même lisible ? Un texte n'est-il pas écrit pour être lu ? A quoi sert d'écrire si l'intention n'est pas d'être lu ?  Vaste sujet... ;)
Question connexe... Pourquoi pose-t-on toujours davantage de questions que l'on obtient de réponses ?
Mais là, on s'approche subrepticement de la digression... ;) Alors revenons à nos lettres...

Vidéo David Lozach



Si vous êtes tenté d'y aller, il faut faire vite, il ne reste donc que deux jours...
Bonne journée

Ce sont rarement les réponses qui apportent la vérité,
mais l'
enchaînement des questions.
Daniel Pennac

samedi 12 février 2011

Parole

Bonjour,

Comme toujours, la fin de semaine "calligraphique" forme une parenthèse dans l'espace et le temps... Celle-ci a laissé une note un peu surréaliste côté calligraphie...
D'habitude, grosso modo, vous arrivez avec votre petit -ou moins petit- texte,vous prenez un petit café et une chouquette le temps de réfléchir peu ou prou,  vous prenez votre inspiration, vous choisissez votre couleur, votre outil... et vous commencez à écrire... C'est facile... Votre "contrainte" est votre texte, l'écriture que vous travaillez... et ensuite la composition à trouver... mais ça fait son chemin au fil de la fin de semaine...

Cette fin de semaine-là, c'était un peu différent...
Nous avons travaillé avec des "contraintes" de départ (voir cela plutôt comme des "défis", un "cahier des charges" par exemple) :
- Ecrire un mot -et un seul- très grand -donc avec un outil large- qui occupe toute la surface du support
>>> et là, premier problème, le plan d'occupation du support comprend-t-il les marges ou pas ?
- Ecrire dans une "forme" (cercle, rectangle, carré, forme irrégulière) par-dessus la première écriture et en occupant 1/3 à 1/4 de ladite première écriture , de manière à former une trame comme pour le stage précédent.
et là, deuxième problème, j'ai "entendu" également "écriture transformée de manière à former une trame comme pour le stage précédent"
- Ecrire dans une écriture petite un élément qui viendra former un lien entre les deux autres écritures...
et là, troisième problème, comment fait-on un "lien" ?

Moui... tout ça...
De prime abord, ça laisse perplexe, enfin ça me laisse perplexe moi, parce que certaines sont parties sur les chapeaux de roues... Non, je ne citerai personne...
* et là, trosième problème, "perplexe", chez "moi", ça veut dire qu'il me faut au moins un quart d'heure avant d'oser démarrer...)

Alors j'ai tenté le problème à l'envers, j'ai commencé par des essais de composition...


Je voulais travailler en noir et blanc, avec une touche de couleur... J'ai donc tracé mes grosses lettres en gris, pour qu'elles soient un peu transparentes sous le texte qui serait noir... un peu trop rosé finalement... Ensuite j'ai effectué quelques essais de couleurs... J'avais envie de partir dans des teintes grises... peut-être des gris colorés ?

gris brun

gris noir (jauni)

gris bleu

gris prune

J'ai donc tenté d'associer des gris-noir, mais j'ai saturé un peu beaucoup vraiment beaucoup ensuite... J'ai donc testé le gris + bleu mais les grosses lettres sont dans un gris rosé et je n'ai pas réussi à trouver cela harmonieux... Partant du gris rosé, j'ai pris une option sur le flacon "prune" et cela me convenait bien mieux... Je crois que je suis plus à l'aise dans les "nuances" que dans les "contrastes" du moins en ce qui concerne les couleurs, parce que de manière générale, j'aime les contrastes dans les calligraphies que je vois...

Voici donc un petit bout de la réalisation non terminée puisqu'il me manque la troisième consigne : la petite écriture pour former le lien...


Cependant je ne me rappelle plus du tout -je sais que nous en avons parlé en fin de cours, mais ma mémoire défaille aussi- si je dois continuer "entre les deux cours" ou si je dois "attendre le prochain cours"... oups...

J'ai tout de même tiré de cette recherche une composition qui me plait bien mais que je n'ai pas pu utiliser lors du cours puisqu'elle ne correspondait pas à la deuxième consigne, ni à la première d'ailleurs finalement...
Alors je vais peut-être la tester pendant certaines vacances...

Aille ! J'ai oublié de vous dire que je travaille sur un texte de Jacques Salomé.
et là, xième problème, mon texte est long, très long, très beau certes, mais très long... donc quand je "recommence", ce qui ne me pose pas de problème au demeurant quant à la philosophie de la répétition -à écrire et à écrire de nouveau, on n'est pas sans écrire-, c'est un temps très long qui se passe avant d'arriver de nouveau au point d'achoppement... ;)

Bonne journée

Paroles


Quand il y a le silence des mots
se réveille trop souvent la violence des maux.
Mais il ne suffit pas de rompre le silence
et de sortir du mutisme,
encore faut-il se sentir reçu, entendu et amplifié
lors de ses tâtonnements à mettre en mots.
Il y a des mots vibrants de vie,
des mots ferveur pour l'amour,
de mots patience ou enthousiastes pour la compassion,
des mots de tolérance pour la liberté d'être.
Il y a des mots porteurs de mort et de violence,
chargés de haine et d'inimitié.
Il y a les mots simples et nécessaires du quotidien
et les mots rares de l'exceptionnel,
les mots familliers de la banalité
et les mots précieux de l'extraordinaire.
Il y a les mots économes de la survie
et ceux dont la richesse
nous transporte vers le meilleur de l'autre et de nous-mêmes.
Il y a des mots obscurs, hésitants, torturés,
des mots balbutiants et aussi des mots posés
et confiants déjà plus matures,
pleins de sagesse et de sérénité,
lourds de tout leur poids d'espoir
et du sens profond qu'ils portent.
Il faut déjà du temps pour qu'un ressenti,
une émotion, un vécu trouvent le chemin des mots,
pour qu'ils migrent des lieux du corps où ils naissent
et s'inscrivent,
jusque sur la scène symbolique de la représentation,
et qu'ils accèdent ainsi au registre de la pensée,
par un subtil travail de transformation
qui mène de l'irreprésenté au figurable, de l'informulé au dicible.
IL faut parfois bien plus de temps encore,
pour qu'un mot devienne parole,
pour qu'il sorte des limbes de l'imaginaire
où il a été conçu et vienne ainsi au monde
dans le passage étroit et délicat
qui va de l'impression à l'expression,
de l'ouverture de soi à la transmission à l'autre.
Au début était le Verbe
et donc l'énergie du souffle vital.
Notre existence est tissée
de toutes les tentatives d'échanges et de partages
qui ont jalonné les différentes étapes de notre vie.
Notre bien-être se nourrit ainsi de la qualité
des relations significatives amorcées, acceptées,
nouées et entretenues dans la durées,
avec des êtres que nous avons côtoyés.
Et notre état de santé est exactement proportionnel
à notre capacité à nous respecter face à autrui.
Il y a des mots toxiques et des mots blessants,
des mots qui distillent leur venin ou leur aigreur,
bien au-delà du temps où ils ont été prononcés.
Je peux imaginer que beaucoup ont déjà appris
à ne pas les garder, à ne pas laisser trop longtemps fermenter
en eux les disqualifications, les humiliations,
les propos destructeurs
ou simplement négatifs et néfastes qui leur ont été adressés.
Il y a, bien sûr, des mots cadeaux,
des mots de grâce, des mots bénis et des mots magiques
que nous pouvons accueillir et amplifier en nous.
Ce sont ceux-là que j'ai recueillis
et rassemblés, ceux-là que j'ai voulu déposer dans ce livre.
Des mots graves et des mots plaisirs,
des mots éveil et des mots envols,
des mots rires et des mots tendres,
des mots si féconds et si lumineux
qu'ils restent longtemps en nous,
tels des germes qui fleuriront
aux instants les plus inattendus de nos jours.
Une parole pleine a des vertus curatives
et une puissance thérapeutique,
elle possède un fort pouvoir de vie,
quand elle ne juge pas,
quand elle ne dicte pas, quand elle n'enferme
ou ne dépossède pas.
Une parole soigne quand elle permet de penser
les douleusr et les souffrances intimes,
un "penser" qui peut s'écrire aussi avec un a
quand il pense les blessures et les mutilations anciennes jusqu'à la cicatrisation.
Et je trouve beau de fare mémoire
en son vivant
de mots qui ont en nous assez d'énergie
pour nous faire avancer et croître.
Une parole guérit lorsqu'elle nous invite à reconnaître le sens,
et à trouver l'enjeu caché
d'une mise en maux.
Une parole libère lorsqu'elle stimule
une mise en lien, qu'elle devient
un pont, une passerelle
entre deux événements,
entre deux moments de notre histoire
et qu'elle nous amène, non seulement
à rendre plus conscient un peu de notre inconscient,
mais à regarder et à voir autrement
tout ce que nous savons déjà.
Une parole nous conduit à sortir
de nos pièges et de nos répétitions,
elle nous déloge de notre tendance à la "victimisation",
lorsqu'elle suscite des échos et des résonances
suffisamment profondes pour pouvoir enfin être entendue
par celui-là même qui l'énonce.
Ma grand-mère se plaisait à rappeler
que la véritable écoute est une écoute dense (danse)
tissée de silence et d'acceptation,
prolongée par des regards,
soutenue par une respiration et une présence.
Une qualité d'écoute qui permet
justement à celui qui parle.
d'entendre enfin ce qu'il dit.

Jacques Salomé
Préambule à "Paroles à guérir"
Albin Michel

mercredi 2 février 2011

Lettres cadeaux

Bonjour,

Il était cinq heures -et demi,
Paris s'éveillait... Enfin Paris, je ne sais pas, mais moi oui...
Parce qu'à sept heures, il fallait être partie... pour une balade rouennaise...

C'était une fin de semaine "Calligraphie"... Oui, c'est très utile les fins de semaines "Calligraphie" et pas que pour travailler sa calligraphie... Cette semaine, l'association "L'esperluette" avait organisé un stage avec Laurent Rébéna de l'association Calligraphis sur le thème des Lettres Cadeaux...


Lettre cadeau... C'est un "faux ami"... Une lettre cadeau n'est pas -forcément- un cadeau ni à offrir, ni à réaliser... ;) Il s'agit plutôt de lettres "cadelées", "ornées", "décorées"... de belles lettrines quoi...

Alors après avoir -religieusement et le plus sérieusement , ben oui, quoi ! Vous en doutez ?- écouté les explications et regardé Laurent Rébéna...






... nous nous sommes lancés... plus laborieusement mais nous étions là pour apprendre...





Il a bien fallu faire des pauses... café (enfin... presque !), thé, petits biscuits, gâteaux, nougatine, croquants, crêpes... Et même une pause pour le dîner...


Et le lendemain nous avons essayé de composer une "énorme" lettre cadeau avec un texte écrit "tout petit"... parce que tout le monde sait que souvent, c'est dans l'organisation des constrastes qu'on trouve un équilibre... (voir par exemple l'idée superbement contrastée de Cécile Pierre)...

Donc quand on cherche à composer, il faut chercher différentes idées de composition...


Et puis à un moment, il faut essayer... surtout si l'heure du départ approche...


Alors bien sûr, c'est très léger comme "décoration", mais franchement, la lettre cadeau massive, même si j'en admire la prouesse technique, ce n'est pas trop pour moi... Néanmoins c'est intéressant de savoir faire ou de savoir refaire au besoin...

parce que cela peut faire une idée très sympathique pour un art postal, une carte d'anniversaire ou un cadeau...

Bonne journée



LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...