lundi 30 mars 2009

Rangement pour les plumes

Coucou du soir,

Un petit rapatriement aussi de cet article utile je crois pour l'amélioration des conditions de travail de l'apprentie calligraphe aux doigts trop gros, ou pas assez fins, en l'occurence, moi. Il est parfois des contingences bassement matérielles auxquelles il faut répondre.

Comme par exemple "Comment trouver un peu plus rapidement la plume dont j'ai besoin pour mon exercice ?" Je vous explique... Vous avez besoin d'une plume N°2. Vous prenez votre boîte à plumes, laquelle boîte est en général petite. Vos petits doigts cherchent la plume N°2, mais ils ne savent pas lire, n'est-ce pas ? (si si, regardez mieux sur l'image, il y a un numéro que l'on passe son temps à essayer de lire quand on cherche une plume) Donc ils la montrent à vos yeux qui envoient l'information à votre cerveau qui dit "pas le bon numéro ! Lâchez tout !" et quand vous reposez la plume dans la boîte, il n'y a pas un petit astérisque qui vient s'inscrire pour dire "attention, plume déjà vue"... Résultat, vous prenez trois ou quatre fois la même plume !!! Donc c'est embêtant, pas grave, certes, mais casse-pieds.

Comme dans l'ancien temps, j'avais récupéré cette sorte de couverture (c'était un support pour les post-it, voyez-vous le genre ?), et comme également j'avais vu, je ne sais plus où, un ancien support à plumes qui m'a tapé dans l'oeil (même pas mal !) par son côté "plumes faciles à chercher"...

Et bien j'ai décidé de faire un joli rangement à plumes "faciles à chercher"... D'abord l'extérieur...


Et ensuite l'intérieur...


Comme quoi le scrap, ça sert à tout...
Bonne soirée
Véronique

mercredi 25 mars 2009

Technique : Craquelures

Bonjour,

Je rapatrie aussi ici le sujet des craquelures. Il n'y a pas de raison... C'est une technique qui peut-être servira davantage en scrapbooking ou en décoration d'objets qu'à la calligraphie (encore que...) mais puisque les techniques de fonds sont par ici... autant rester cohérente...




Cette page est le recensement des informations données par les scropines sur la liste ou en privé qui ont bien obligeamment partagé leur savoir faire, leurs expériences, leurs essais, leurs erreurs et leurs réussites. J'ai juste essayé d’en faire un petit dossier pour nous y référer en cas de besoin... Alors merci à toutes les personnes qui ont participé.

1/ D'abord les modes d'emploi :

# Pour le vernis à craqueler marque "marabu" acheté chez Cultura (Véronique) : le vernis à craqueler (ou médium à craqueler) Marabu est un liquide transparent qui s'applique au pinceau comme une peinture.

1/ suivre scrupuleusement les indications du flacon, à savoir
2/ faire sécher au séchoir la première couche de fond, une couche de peinture acrylique
3/ appliquer le vernis régulièrement
4/ faire sécher au séchoir
5/ passer ensuite une couche rapide de peinture acrylique , l'effet de craquèlement intervient aussitôt. Là, magique, la peinture que tu viens de faire si joliment, si finement, si attentivement se craquèle pour donner un aspect ancien. (Laisser sécher une heure après pour faire des collages par dessus si c'est ce que l'on avait prévu).





# pour le vernis utilisé par Caro aux ateliers de Photopassion avec Emma, les opérations ont été les suivantes (Dis Caro, tu ne te rappelles pas la marque ? Emma ?) :

1- appliquer la peinture de fond et la faire sécher au heat gun (ou toutautre moyen)2- ensuite appliquer le vernis toujours dans le même sens et faire sécherlà aussi. Plus le vernis sera sec, plus les craquelures seront fines3- ensuite passer la deuxième couche de peinture rapidement, sansrepasser deux fois au même endroit (sinon, ça fait des boulettes et despaquets !). Les craquelures apparaissent ensuite très vite.





# Pour les recherches de Sofy31 : le «médium» est de la marque FOLKART et se nomme « Médium de craquelures »… Je crois l’avoir acheté aux « couleurs du temps » (chaînes de magasin).

1/ Il faut, dans un premier temps, appliquer une première couche de peinture acrylique sur votre support.
2/ Après séchage, vous appliquez, à l'aide d'un pinceau plat, le vernis à craqueler dans le sens vertical.
3/ Vous laissez à nouveau sécher.
4/ Puis vous couvrez, dans le sens horizontale, d'une deuxième couche de peinture contrastante : les craquelures apparaissent". Attention " il ne faut pas revenir sur son application".

# Pour Juliette qui a utilisé un produit de la marque "Pébéo" qui s'appelle "effet fissuré" acheté chez Loisirs et Créations :

Voici mes infos :
- J'ai mis une couche épaisse de médium à fissurer, et je ne l'ai pas laissé complètement sécher (il était encore un peu collant)
- puis j'ai passé sur le médium une couche assez épaisse de peinture.
1) si je passe cette couche de peinture avec un pinceau en mousse, c'est la cata car la peinture ne se dépose pas.
2) si je passe cette deuxième couche avec un vrai pinceau, c'est parfait nickel !!

# Pour le vernis utilisé par Céline (Dis Céline, tu n'aurais pas le nom de ton produit ?) :

- Ta couche de peinture (la couleur des craquelures que tu veux)
- tu laisses sécher
- la couche de vernis
- tu laisses sécher
- la couche de peinture du dessus
- tu laisses sécher
- et tu admires :)

2/ Ensuite les conseils et astuces :

1/ Des scropines conseillent de faire une fine couche de vernis pour faire de fines craquelures et une couche épaisse de vernis pour faire de grosses craquelures.

2/ essayer de respecter un seul sens d'application pour le vernis ainsi que pour l'acrylique deuxième couche.

3/ essayer de faire une couche plus ou moins fine pour obtenir des craquelures plus ou moins fines.

4/ essayer de respecter le temps de séchage (ou de bien sécher artificiellement mais bien vraiment bien)

5/ repasser une seule couche de peinture au dessus du vernis, rapidement et sans repasser... (il ne faut passer qu'une seule couche dessus, sinon la craquelure se remplit et ne donne plus l'effet craquelé. (Viviane)

6/ La largeur des craquelures dépend du temps de séchage : le vernis craqueleur encore collant donne de larges craquelures alors que le vernis sec donne de fines craquelures".(Sofy31)

7/ J'ai découvert que si on fait des lignes avec la deuxième couche de peinture ça fait des craquelures verticales (ou horizontales ça dépend du sens) un peu comme de la peinture qui s'écaille sur du bois, alors que si on tapote avec le pinceau ça les fait dans tous les sens (féescarabée-Sylvie)

8/ Par contre à signaler que j'ai acryliqué et craquelé une photo, et ça marche !


9/ Je ne préconise pas le séchage du médium au heat gun, il a tendance à boursoufler sous l’action de la chaleur…et même de faire des bulles comme un escargot ! Utiliser plutôt au séchoir à cheveux pour accélérer le processus de séchage ! (Sofy31)

10/ J'ai fait des petits essais hier soir et je trouve que ça marche mieux quand on met une bonne couche de vernis qu'on laisse sécher à peine. Il faut que ça reste collant au touchant. (B@)

11/ Sinon, dans mes essais ratés de craquelé, j'ai noté qu'en repassant une couche de vernis craqueleur (après la 2ème couche de peinture quand on s'aperçoit que c'est raté), ça semblait améliorer les choses et les craquelures ont été un peu plus marquées. (Sylvie-Tova)

12/ Si je passe cette couche de peinture avec un pinceau en mousse, c'est la cata car la peinture ne se dépose pas. Tandis que si je passe cette deuxième couche avec un vrai pinceau, c'est parfait nickel !! (Juliette)

13/ Passer une vraie et bonne couche de la deuxième peinture (peinture contrastante). (Sylvie)

3/ En ce qui concerne les ratés et vos constats (parce qu’après tout, c’est bien ça le plus utile, non ?) :

Sur le premier cadre, j'ai tapoté avec mon pinceau pour que les fissures soient non homogènes et dans tous les sens. Le fond est rouge et la couche du dessus, blanc beige. J'ai laissé sécher.





Pour le 2ème cadre, j'ai essayé un fond blanc avec couche rouge au dessus. Et j'ai étalé la penture en bande pour avoir des fissures horizontales. J'ai laissé légèrement collant.





Mes essais d'il y a 15 jours étaient ratés avec le vernis à craqueler rayer je crois, d'après ce que j'ai lu, il a du trop sécher ...

Je n'arrive pas du premier coup à avoir une couche uniforme de peinture, du coup je repasse et c'est là que le bât blesse.
--> Je vais essayer de diluer un peu ma peinture.

J'avais toujours en tête cette idée de faire du craquelé, donc je l'ai fait sur le carton "coeur" mais là ça n'a pas du tout marché :- (
--> Peut-être parce que j'ai commencé par une couleur sombre et du coup ma couleur claire n'a pas accroché.

Bref, je fais mon essai ce soir (détail ajouté : avec un pinceau en mousse) en prenant directement mon objet super découpé à l'X-acto et il ne marche pas du tout !!!! Celui de chez Pebeo, c'est tout ce qu'il y avait chez Loisirs et Créations. J'ai donc complètement foiré ma découpe ... youpi ! Donc Véronique, si tu veux ajouter à ton article que cette marque est une vraie catastrophe (ou alors, c'est moi qui suis une vraie catastrophe si d'autres ont réussi à obtenir un résultat !).
--> On espère d'autres essais de cette marque ou si quelqu'un a déjà utilisé cette marque, qu'il nous informe s'il lui plait (encore qu'avec une telle observation, moi je n'ai pas trop envie de l'essayer celui-là. Bon, je vais être bonne joueuse, je vais attendre confirmation ou infirmation avant de me décider... mais je ne l'achète pas.)
--> Donc il faudrait vérifier s'il s'agit de celui que Juliette évoque ? Allez, on se renseigne... C'est le même... aille... mais le pinceau en mousse au lieu du pinceau en poils serait-il la clé du problème ?
-->Caro va essayer à nouveau, quel dilemme ! Et quelle persévérance ! Merci ;-)

Je crois que mon erreur (et donc mon plantage) de l'autre fois est dûe à la 2ème couche de peinture, la peinture contastante. Comme ils disent de n'en mettre qu'une fine couche, très rapidement, eh bien j'avais vraiment dû en mettre très peu ; y donc pas eu de craquelure (ou si peu).
--> Cette fois, j'ai vraiment tartiné mon papier et hop! ça a marché du tonnerre. (Sylvie)

Si je passe cette couche de peinture avec un pinceau en mousse, c'est la cata car la peinture ne se dépose pas. (Juliette)

4/ Enfin les questions :

1/ Est-ce que cela fonctionne pareil pour les gouaches ?
--> Si quelqu'un a une idée... ou veut essayer...

2/ Faut-il diluer l'acrylique ?
--> Je trouvais ça trop pâteux quand j'ai appliqué l'acrylique alors vite fait, j'ai attrapé ma bouteille d'eau et je l'ai diluée un peu. Donc je dirais que "un peu liquide", c'est plus facile à appliquer "finement"... et "rapidement" puisque comme dit Caro, les craquelures commencent tout de suite. (Véronique)
--> Quand je l'employais pour le serviettage, je ne diluais pas la peinture. (Viviane)

3/ Faut-il respecter les marques de produits ? Est-ce que tel vernis à craqueler ne fonctionnera pas avec des acryliques d'une autre marque ? Quid ? Avez vous des exemples précis avec noms de marque à l'appui ?
--> Pour « Marabu », j'ai questionné la vendeuse qui m'a dit peu importe et en effet, j'ai pris des acryliques que j'avais à la maison, pas « marabu » du tout, et ça fonctionne. (Véronique)

4/ Est-ce que l'on voit encore la toile plus ou moins sous le travail du vernis à craqueler ? (Véronique)
--> Mais si on passe de la peinture partout et du vernis à craqueler partout ça fait effectivement disparaître le fond. (Martine)





5/ Est-ce que l'on peut faire du vernis à craqueler directement sur le support, sans passer la première couche d'acrylique ? (Véronique)
--> La couche de peinture du dessous n'est pas nécessaire. J'ai fait le test sur un papier bazzil dont la couleur me plaisait, et cela a fonctionné. (Juliette)
--> Je viens enfin de réussir mes essais de craquelé ! Je suis super contente car je les ai fait direct sur du Bazzill et ça marche impec. (Sylvie)

6/ Que se passe-t-il quand on passe la dernière couche dans le sens inverse du vernis ? (B@)
-->

7/ Peut-on faire "machine arrière" quand il y a trop de craquelures ou des craquelures trop grosses ? (Patrick)
--> A priori, j'aurais tendance à recommencer... Peut-être juste les étapes du vernis et de la deuxième couche de peinture ?

8/ Peut-on calligraphier sur des craquelures ? (Ben oui quoi, finalement, nous sommes sur un blog à tendance "calligraphie" après tout ! ;) Véronique)
--> Je ne suis pas sûre pour la calligraphie aux encres ou aux aquarelles même si cela demande vérification.
--> Je crois cela possible pour la calligraphie à la gouache, à la peinture acrylique diluée ainsi qu'aux encres acryliques, même si, là encore, cela demande vérification.
--> J'imagine toutefois qu'il est plus facile de calligraphier au pinceau qu'à la plume sur un support si irrégulier, même si les craquelures sont fines, mais peut-être des essais s'imposent-ils...

5/Où trouver le vernis à craqueler ?

Cultura : marque "marabu" et une ou deux autres je crois (promis la prochaine fois je note)
Tissus des Ursules : marque "Rayer" ou "make me" ou les deux (aille désolée, je regarde la prochaine fois)
Couleurs du Temps : marque "Rayer"
Loisirs et créations : marque "Pébéo" (cela semble un produit guère apprécié par les résultats que l'on obtient avec)

Si vous avez quelque chose à ajouter... une précision à apporter… un conseil supplémentaire à partager… une question à poser… une réponse à donner... Cliquez ici ;)

Merci encore à tous et toutes pour vos conseils, astuces et explications.
Bonne journée
Véronique

jeudi 19 mars 2009

Interligne et Ecrin

Bonjour,

Voici donc l'enveloppe de l'appel à Mail Art avec lequel j'ai confondu en réalisant ma petite enveloppe "Lettres et Images 2009"...

IL s'agit d'un appel à l'initiative de l'association Interligne :
"Les 24, 25 et 26 avril prochains, le centre culturel "ECRIN" de la ville d'Eghezée va fêter ses dix ans. A cette occasion, Interligne a été convié à animer des ateliers ainsi que des démonstrations de calligraphie. Interligne a décidé, avec les organisateurs de lancer un appel à Mail Art. Pas de thème, format A4 maximum, une ou plusieurs enveloppes seront les bienvenues. La seule contrainte est de placer à l'intérieur de l'enveloppe un bout de tissu de 10x10 cm qui servira à la réalisation d'un patchwork. Il n'est pas interdit de calligraphier sur le tissu..."

Voilà...

Il s'agit d'une écriture "Onciale" au stylo-plume calligraphique. Pour le fond, j'ai utilisé un essai que j'avais réalisé avant de le proposer à mes élèves... Tout d'abord, écrire des lettres (pour eux, pour moi des semblants d'écriture... j'avais peu de temps) aux pastels gras sur toute la feuille. Puis tartiner au pinceau et aux encres à dessiner toute la feuille, en n'hésitant pas à passer par dessus les lettres, le pastel gras repoussant les encres... Attendre que cela sèche... ou sécher avec un essuie-tout de papier si vous êtes un peu pressé...

En réalité, pour calligraphier, ce n'est pas du tout une bonne idée... C'est une vraie patinoire ce fond-là... et j'ai ramassé le pastel avec la plume (d'aucuns diraient que je n'ai qu'à être plus légère en calligraphiant et ils n'auraient certainement pas tort)... De surcroît, il est impossible de gommer correctement les traits sans gommer les pastels... Et bien maintenant, je le sais...

Les autres réalisations sont visibles ici.

Sur le fil, je l'ai postée l'avant-veille de la date échéance... pffffffffffffffiou
Passez une bonne journée.
Véronique

mardi 17 mars 2009

Lettres et Images...

Bonjour,

Avoir réalisé une enveloppe pour Mail Art across the world m'a fait reprendre conscience que faire une petite enveloppe est un petit entraînement non négligeable et chronophage dans une mesure moindre ... Du coup, j'ai tenté à nouveau l'expérience pour "Lettres et Images 2009"... Je me suis juste un petit peu mélangé les pinceaux avec un autre appel... Celui-ci faisait un appel sur le "thème des ECRITURES : une enveloppe manuscrite, un griffonnage ou une calligraphie, scripte ou cursive, historique ou imaginaire, signes latins, arabes, hébraïques, chinois, cyrilliques, grecs… Comment, avec quoi et sur quoi écrivez-vous ?" et moi j'ai confondu avec un autre appel qui demandait des enveloppes sans thème donné, mais calligraphiées... Bon... du coup, j'ai calligraphié l'enveloppe sur les écritures... Cela convenait toujours de toute façon...

Le fond consiste en une pulvérisation d'encres sur un fond dont certaines zones étaient humides. Après séchage, j'ai imprimé un tampon décoratif sur le thème de l'écriture. Puis j'ai calligraphié l'adresse avec une écriture Gothique Fraktur, je pensais que ce serait plus lisible par ces messieurs et dames facteurs et factrices que l'écriture d'Arthur Baker que j'ai redécouverte à mon dernier stage. J'ai ajouté une citation sur le contour, mais après avoir écrit au stylo gel blanc, puis au stylo noir, puis à nouveau au stylo gel blanc par-dessus le stylo noir... sans que rien ne soit vraiment visible, j'ai tracé un cadre au ruban correcteur sur lequel j'ai écrit une quatrième fois la citation... ;)

C'est un peu sombre, il est vrai... mais bon... C'est un entraînement...

Les autres réalisations sont visibles ici.
Bonne journée
Véronique

"La calligraphie
ne requiert que des choses simples :
une plume, de l'encre, du papier, de la dextérité...
et par dessus tout, de la persévérance."
Gottfried Pott

dimanche 15 mars 2009

Concours de Haïkus / Concours de calligraphie

Au commencement était le ...
1/ Concours de haïku francophone : lancement le 15 mars 2009
Les haïkus proposés seront inédits, écrits en langue française et en tercet.
Ils respecteront, ou ne respecteront pas, l’alternance court/long/court

"Le haïku témoigne d’un moment de surprise,
de découverte ou d’étonnement.
C’est ce que l’on nomme « l’instant haïku »...
Avec le haïku, il suffit de trois lignes
pour révéler la magie de la vie...
d'un crayon et d’un petit carnet"(Jean-Claude Cesar)
Catégories :

1) adultes et mineurs âgés de 16 ans ou plus
2) enfants et adolescents de moins de 16 ans

- Ouvert à tous
- Trois haïkus maxima par participant
- Le thème sera libre

L’envoi des haïkus se fera par courriel, à l’adresse suivante :(Attention : remplacez (at) par le signe @ correspondant).

Catégorie adultes : jefcalli-web(at)yahoo.fr

Catégorie enfants : cecile.calli(at)orange.fr ou ecrilire(at)neuf.fr

Les haïkus seront signés (nom réel ou pseudonyme). L’adresse courriel des participants, si elle est différente de celle utilisée lors de l’envoi de haïku(s), devra être signalée. Indiquez votre catégorie (et année de naissance) et votre pays de résidence.

Date limite d’envoi des haïkus :

1) Adultes : 21 mai 2009
2) Enfants : 31 octobre 2009

Le jury retiendra 3 haïkus par catégorie, soit au total 6 haïkus primés. Il est possible qu’une même personne ait plusieurs de ses haïkus sélectionnés, le jury n’ayant pas connaissance des noms des participants avant le verdict final. Les résultats seront publiés sur « Encre & lumière » et les sites partenaires à partir du 15 novembre 2009. Les gagnants seront avertis individuellement.

Prix :
Les candidats primés recevront leur haïku calligraphié et bénéficieront d’une publication Internet (haïku, signature). Le 1er prix adulte bénéficiera en plus d’un abonnement d’un an à la revue haïku « Gong » et le 1er prix enfant du recueil « Dix vues du haïku » (édités par l’AFH). Les prix seront remis après publication des résultats.

Jury :
Jean Antonini (France), J-Claude Cesar (France), Abigail Friedman (Canada), Hélène Leclerc (Canada), Philippe Quinta (France), Serge Tomé (Belgique), Marie Paturle (France).

Les participants, de par le simple fait de leur participation, acceptent les conditions du concours et sont tenus de les respecter. Ils autorisent la publication de leur(s) haïku(s) et de leur signature (nom réel ou pseudonyme) sur Internet (« Encre & lumière » ). Ils disposent d’une adresse mail valide pour être contactés par les organisateurs en cas de sélection de leur(s) haïku(s).

----------------------------------------------------------------
Puis arrivera le jour du ...

2/ Concours de Calligraphie : lancement le 15 janvier 2010
Thème :
Créer une composition calligraphique originale, qui met en ambiance l’un des haïkus primés lors du concours de haïkus 2009.

Contraintes :

- envoi d’une image correcte de l’œuvre au format JPEG, poids maximum 300 Ko
- utilisation d'une couleur dominante, recherche d’harmonie dans la composition
- type(s) d’écriture(s) & médium libres, lisibilité du haïku
- pas de retouche numérique de l’image, ni montage d’éléments numérisés
- support & format de l’original à votre convenance


Envoi des images par mail à :
Cela sera précisée sur « Encre & lumière » au plus tard dès le lancement du concours de calligraphie.

Chaque calligraphie soumise au concours implique l’acceptation du présent règlement et que l’image soit librement diffusée sur Internet ainsi que le nom ou pseudo de son auteur.

Catégories :
- moins de 16 ans
- débutant de plus de 16 ans
- adulte non débutant (*)

(*) Les organisateurs se réservent le droit de scinder cette dernière catégorie en deux niveaux (moyen, confirmé), en cas de différence manifeste de niveau des participants de la catégorie.

Date limite d’envoi des œuvres : 1er mai 2010
Les envois seront mis sur une galerie publique du forum une fois le délai expiré.

Les membres inscrits pourront alors sélectionner, par des votes secrets sur le forum, deux œuvres par catégorie. Le nombre de points obtenu lors de ces votes départagera les participants pour désigner un lauréat et un finaliste par catégorie. Les résultats seront publiés sur sur « Encre & lumière » et les sites partenaires à partir du 12 mai 2010, les gagnants seront avertis individuellement.

Il faut être membre du forum pour participer au concours de calligraphie, donc s’inscrire si vous ne l’êtes pas et que vous souhaitez participer (l’inscription est gratuite). Seuls les membres inscrits auront accès aux adresses courriel permettant d’envoyer les images aux organisateurs. Il est permis d’envoyer plusieurs calligraphies, mais une seule pourra être retenue par participant au concours de calligraphie.

Date limite pour les votes des membres : 11 mai 2010 à minuit

Prix :
Une publication Internet et un lien vers leur site + matériel de calligraphie, livres de haïku... (Cela sera précisé au lancement du concours calligraphie).

Vous sentez-vous l'âme poétique ? Créer un ou plusieurs haïku vous tente-t-il ? Allez... Essayez...
;)
Bonne journée
Véronique

vendredi 13 mars 2009

Technique : Brou de noix VS Javel

Bonjour,

Une technique* peu onéreuse mais à utiliser avec précaution pour éviter tout danger en premier lieu, mais aussi pour éviter tout sabotage de vêtement...


*NdlR : cette idée a été expliquée très clairement par Zeshadok dans son atelier n°2, ainsi que quelques autres à découvrir...

Matériel :

Brou de Noix,
Javel
Plume,
Papier.

Technique :

Tartiner le papier au brou de noix, avec un pinceau ou un applicateur. Le brou de noix peut être dilué selon la teinte que l'on souhaite obtenir.
Laisser sécher.
Ecrire à la plume avec l'eau de javel en remplacement de l'encre.

Variante :

Il est possible d'utiliser des encres de couleur...
Il est possible d'utiliser également des outils plus larges que la plume...

Néanmoins -et oreilles en plus- il est important de faire des essais avant car toutes les encres ne réagissent pas pareillement :

Encre à calligraphier et plume fine, avec des résultats plus ou moins heureux :













J'aime beaucoup celui-là... ;) Les autres également, mais celui-là a un petit double quelque chose de plus... ;)

Encre distress et plume fine :


Encre distress, encre à dessiner dorée et plume fine :


Encre à dessiner et plume fine en haut, pinceau en bas :


Avec une sorte de calame de cagette...

Bonne journée
Véronique

mercredi 11 mars 2009

La faute à Titivillus

Bonjour,

J'ai récupéré également cet article et comme je trouve l'histoire de Titivillus plutôt amusante, j'ai trouvé dommage qu'il parte aux oubliettes...

Quand j'ai fait mon erreur d'orthographe polonaise, j'aurais pu dire "C'est pas ma faute..., j'ai pas fait exprès" mais comme j'ai horreur de cette façon de se déresponsabiliser, j'en ai trouvé une autre. ;) "C'est la faute à Titivillus !!!" Bon, je n'aime pas non plus la délation, mais il faut ce qu'il faut pour s'instruire, non ? Je ne vais pas amener Titivillus comme un cheveu sur la soupe quand même !

Comment ça, vous ne connaissez pas Titivillus ? Bon alors je vous reprends les choses que j'ai trouvées ça et là sur Titivillus mais les liens de jadis ne fonctionnent plus :( :

Titivillus n'est pas le "saint patron" des calligraphes, mais leur "démon patron". Il est né dans l'esprit des moines du XIIIème siècle et c' est en 1285 que l' on parle de lui pour la première fois dans le Tractatus Penitentia de John of Wales.

C' est seulement au XVème siècle qu' il tourna son attention vers les scriptoriums afin de voir ce qu' il pourrait y faire. Alors, le démon se mit à traquer les erreurs ; il ramassait inlassablement les erreurs des moines copistes étourdis, ignorants (ça arrivait) ou paresseux (ça arrivait aussi) ; il les engrangeait dans sa besace qu' il remplissait des centaines de fois chaque jour. Chacune de ces erreurs était inscrite dans un grand livre, juste à côté du nom du moine qui l' avait commise. Et ce livre serait lu le jour du Jugement Dernier.

Avec la recrudescence des demandes en manuscrits provenant des universités, les scribes commirent de plus en plus d' erreurs. Ils les imputèrent alors à Titivillus pour s' en excuser. Cette croyance perdura encore longtemps car on en parlait encore vers la fin du XVI ème siècle.

Alors, si un jour vous prenez un porte-plume ou si vous pratiquez déjà la calligraphie, quand une lettre vient à manquer ou l' encre se met à baver, regardez derrière votre épaule...

"Puisse Titivillus ne pas remplir trop sa besace !" disait-on avant de commencer à écrire et pourrait-on reprendre encore aujourd'hui... J'adore cette légende. Mais je ne l'ai pas encore racontée à mes élèves, certains seraient bien capables d'invoquer encore Titivillus.

Tout à coup je me demande si ce démon est également responsable de mes dyslexies dactyles en crises diurnes plus ou moins sporadiques, et nocturnes carrément endémiques...

Après cette minute culturelle, je vous souhaite une bonne journée.
Véronique

Joyeux anniversaire

Bonjour,

J'ai rapatrié également cette carte-là qui me plaisait bien... Un voeu de "joyeux anniversaire" en polonais. Bon, il paraît qu'il y a une erreur d'orthographe mais comme je ne parle pas le polonais, encore moins ne l'écris, j'ai recopié bêtement les lettres du traducteur et je ne saurais même pas vous dire où est l'erreur. Mais assurément, on peut dire que ce n'est pas ma faute, hein ? C'est plutôt la faute à Titivillus, n'est-ce pas ? :)

Néanmoins -et oreille en plus- j'aime bien le petit carré de lettres emmêlées dans le fond et la superposition plus sombre par dessus. Il s'agit d'une écriture "Gothique Fraktur". J'avais vu une idée comme ça sur le forum « Encre & lumière » et je l'avais bien aimée donc je l'avais notée quelque part pour un jour au cas où...

Bonne journée
Véronique

dimanche 8 mars 2009

Les mots...

Bonjour,

Hier et aujourd'hui, j'étais là... Oui, c'était une fin de semaine "parenthèse" oups, "calligraphie"...
J'ai un petit peu changé d'écriture et j'ai échangé la plume contre un petit pinceau... cette écriture se travaillant plus facilement au pinceau.

Et on ne regarde pas les essais, j'ai du mal avec le l... et avec les autres lettres... ;)

Je voulais calligraphier un poème, mais je n'ai pas pris le temps d'en trouver un qui me plaise... Alors j'ai cherché une petite citation. "Les mots sont les passants mystérieux de l'âme." ai-je trouvé, de Victor Hugo... Ah ! Les mots... tout un poème... pour peu qu'ils s'échappent...

J'ai juste un peu changé l'ordre des mots pour composer quelque chose... (c'est un euphémisme pour dire que j'avais laissé un trop grand espace après "les mots sont" et mal évalué ce qui restait de marge en bas donc j'ai du m'adapter... ) et puis ça a un petit côté poétique et ancien dans la formulation dans ce sens-là...

Comme elle était petite, cette citation, vraiment petite, j'ai essayé des choses différentes... pour voir... un peu différentes... seulement un peu... L'idée était de réaliser des compositions en modifiant les écritures associées... histoire d'apprendre à voir les effets...

Premier essai : une écriture d'Arthur Baker pour l'écriture en bleu, au pinceau, l'écriture gothique "Fraktur" pour la rouge, qui est orange en fait, à la plume...

Deuxième essai : toujours l'écriture "Arthur Baker", mais accompagnée d'une écriture Onciale pour un petit côté "rondeur".

Troisième essai ; toujours l'écriture "Arthur Baker", reprise de l'écriture gothique Fraktur, mais cette fois, nantie d'une majuscule (un "A" d'un alphabet de Hermann Zapf) avec des envolées fines et légères...

Quand tout a été écrit, il a fallu chercher comment et où écrire le nom de l'auteur. Non, non, ça ne se met pas n'importe où, le nom de l'auteur, même si en fin de journée et en fin de stage, la fatigue aidant, il est difficile de trouver l'endroit le plus adapté.

J'avoue que j'aime davantage la troisième, du fait de la majuscule... J'aime l'effet aérien des arabesques donné à l'ensemble.

Bonne soirée
Véronique

samedi 7 mars 2009

Cartes de voeux, des anciennes

Bonjour,

Puisque j'en suis à vous montrer les cartes de voeux calligraphiées... et à continuer la migration de mes calligraphies égarées dans les limbes internétiques, je replace celles d'il y a un, non deux, non trois... enfin, je n'en sais plus rien... ans... Elles ont toutes été réalisées au brou de noix puisqu'il s'agissait de ne pas se laisser distraire par les couleurs mais de se concentrer sur la composition.
C'était un petit projet "en attendant Noël". Je tentais de réaliser une carte de voeux régulièrement, de manière à ne pas m'y prendre au dernier moment pour réaliser toutes les cartes, mais cette année, j'essayais de calligraphier mes cartes alors c'était un peu plus long qu'une réalisation "scrapbookée". Je me donnais donc une semaine pour chacune. Toutes les semaines, je changeais une idée, mais je gardais le même texte, du moins j'allais essayer, de manière à travailler un point que j'évite consciencieusement le plus souvent tellement je le trouve difficile : comment mettre en forme le texte, comment obtenir un effet différent avec une mise en forme différente...

Idée 1 : Calligraphier le mot "Noël"
J'aurais voulu "jouer" sur les lettres. Le carré que j'avais projeté de réaliser avec l'écriture "fraktur" à laquelle je m'entraîne en ce moment et les 4 lettres du mot NOEL ne s'est pas laissé faire, alors j'ai regardé ce que j'avais en "stock" (écritures déjà vues), l'onciale m'a paru convenir. Adoptée... Cependant l'emboîtement des lettres ne s'est pas bien orchestré donc finalement, j'ai un peu décalé le L et remonté le E... Cela dit, je me demande si je n'aurais pas pu faire remonter le L dans le O... Bah... ça me fait une expérience, n'est-ce pas ?
Idée 2 : Calligraphier des "superpositions"
Là, j'ai pu réaliser ce que j'avais en tête, c'est peut être pour cela que cette carte me satisfait davantage. L'écriture du fond est une onciale, toute en rondeur, sur laquelle vient s'inscrire la fraktur. J'ai ajouté les petits noeuds pour la déco.
Idée 3 : Calligraphier un "encadrement"
L'écriture est toujours une onciale, toute en rondeur, ça fait doux pour Noël, non ? J'aurais pu écrire "en cadre" autour d'une illustration ou d'un mot. Je le ferai. Mais pour changer, j'ai utilisé la "calligraphie" comme cadre des lettres. J'ai commencé par isoler les carrés blancs avec de l'adhésif repositionnable, puis j'ai écrit le fond. J'ai écrit ensuite les lettres dans les carrés. J'avais prévu de laisser blanc, sans rien mettre, mais la démarcation entre la zone calligraphiée et la zone blanche n'était pas très nette. Alors j'ai tracé un trait à la plume fine, mais j'ai trembloté un peu et de plus c'était plat ! Alors la couture à fil doré donne finalement du relief et un peu de brillant. Un pebble pour relever un détail, le Noël en écriture un peu plus foncée (là c'était une erreur, mais qui rend pas si mal après coup).
Idée 4 : Calligraphier avec une "réserve"
L'écriture est toujours une "fraktur", écrite avec une "gomme de réserve liquide" (ou drawing gum pour les anglodouées) et un calame, calame car je craignais d'obturer la fente de ma plume avec la gomme de réserve, gomme de réserve aussi pour le sapin "plus clair". Difficile de réaliser un trait fin avec un liquide aussi épais je trouve. Une fois le voeu écrit à la gomme de réserve, j'ai passé du brou de noix augmenté de gel médium brillant pour le fond. Il faudra que je fasse la même sans gel pour voir la différence, car je ne suis pas bien sûre de l'avoir repérée. Puis j'ai imprimé avec un tampon décoratif "sapin" et une encre "marron" pour rendre le fond moins terne. J'ai frotté pour retirer la gomme de réserve mais j'ai trouvé que la réserve était trop blanche alors j'ai finalement repassé un peu de brou de noix (seul cette fois) pour atténuer les contrastes. j'ai ajouté l'étoile dorée (ça ne se voit pas trop, mais si, elle est dorée) sur le sapin, déchiré et encré les bords de la carte avant de la coller sur le support (c'est mieux avant, bien sûr)J'ai fait simple car j'ai eu peu de temps cette semaine pour la réaliser. Et bien oui, on ne peut pas préparer la classe et ses bilans de fin de périodes, faire la classe, rédiger des rapports, aller au salon "Créations et savoir-faire" et réaliser les cartes de Noël. Comme dirait Beau-Papa, la donnée fixe, c'est qu'il n'y a que 24 heures dans une journée.
Idée 5 : Calligraphier une composition avec un "collage"
L'écriture est toujours une "fraktur" au brou de noix, un fond de papier aquarelle passé à l'encre "distress", des papiers imprimés d'écriture collés dans l'angle sur lesquels sont également collées des fleurs de papier.
Idée 6 : "Calligraphier une composition avec des vagues"
Pour l'écriture, j'ai échangé la "fraktur" par l'onciale, qui me parait aller par sa rondeur avec les l'idée des vagues. J'ai écrit les "joyeux noël"au brou de noix dilué sur un fond de papier aquarelle en suivant les "vagues" que j'avais tracées à l'aide de la règle souple. L'avantage de cette règle est qu'elle garde la forme de la vague et vous pouvez la déplacer et avoir toujours la même "ligne". Puis j'ai écrit un peu plus petit le reste du texte, avec un brou de noix moins dilué, en plus petit, selon d'autres "vagues". Et puis la petite étoile dorée pour donner un peu de relief (une attache parisienne).
Bonne journée
Véronique

jeudi 5 mars 2009

Cartes de voeux, la suite

Bonjour,
Et voici donc la deuxième série des cartes calligraphiées de cette année : une série bleue. Les compositions diffèrent un peu... Faut-il croire que le bleu m'inspire davantage ? ;) Toujours l'écriture "Gothique Fraktura" à la carte...











Passez une bonne journée
Véronique

mardi 3 mars 2009

Cartes de voeux

Bonjour,


Cette année, lors du stage de calligraphie de janvier, nous nous sommes essayées à la composition d'une carte de voeux. Oui bien sûr, ça se compose une carte de voeux... J'ai commencé par une série "rose"... Pas franchement des couleurs de Nouvelle Année, mais bon... Il s'agit tout de même d'une écriture "Gothique Fraktura"... oui toujours, mais c'est celle-ci que j'ai reprise cette année et j'ai encore des progrès à faire...














Bonne journée
Véronique

dimanche 1 mars 2009

La vie passe...

Bonjour,

Un petit texte issu d'un jeu de cartes... Oui... Pourquoi pas ?

Simplement moi j'aurais tendance à dire qu'il vaut mieux ne s'accrocher à rien du tout... vu comme elle finit...

Un fond réalisé avec des pulvérisations d'encres... saupoudré de quelques grains de sel (je voulais savoir s'il était possible de bien s'en débarrasser avant d'écrire, mon premier essai d'il y a longtemps était vraiment par trop granuleux)... M'enfin... je le trouve un peu sombre, un peu terne... Je me demande s'il est possible de l'améliorer sans tout recommencer... Bah, il est possible de réaliser un nouveau fond, de tout écrire à nouveau, là n'est pas la question... Parce qu'en fait, si je le recommence, je ne saurais pas s'il est possible de l'améliorer... de l'éclaircir... ou de le rendre un soupçon plus lumineux, moins terne...

Il s'agit d'une écriture gothique "fraktur"... Encore ? Euh... ben... oui ;) Il faut bien que j'apprenne...

Bonne journée
Véronique

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...